Trek au Pamir afghan

Les conférences Grenoble versant montagne redémarrent le mercredi 17 septembre à 20h30 à la Maison du Tourisme avec un très beau film de Didier Bertrand “Trek au Pamir afghan”. Après la projection, Didier répondra aux questions du public. Cette première conférence de la rentrée est le fruit d’un partenariat avec le Grand Bivouac.

En juillet 2005, Didier Bertrand et deux compagnons partent au nord-est de l’Afghanistan, dans le corridor du Wakhan parmi les sommets du Pamir, aux confins du Tadjikistan, de la Chine et du Pakistan.

Leur but : réaliser la première d’un trek en boucle reliant les vallées du petit Pamir et du grand Pamir. Négociant leurs bêtes de sommes d’étape en étape et franchissant les plus hauts cols sous la neige, les voici partis de villages Wakhis en campements de yourtes Kirghizes. Et peu à peu, l’aventure sportive se transforme en une expérience humaine exceptionnelle.

Par la sincérité de son propos et la densité des rencontres qu’il relate, le film de Didier Bertrand évite tous les poncifs du film de voyage pour nous proposer un regard à la fois simple, pertinent et généreux sur les communautés et les paysages rencontrés. A voir absolument.

Bio Didier Bertrand:

Né à Nanterre en 1974, Didier Bertrand s’est très vite passionné pour les sports de plein air. Une fois obtenu son diplôme de moniteur de kayak, il devient l’été animateur et guide de rivière dans les Pyrénées et les Alpes. Sa passion pour les eaux vives le pousse à parcourir l’Europe à la recherche des plus belles rivières. Simultanément, il poursuit puis achève ses études d’ingénieur à Montréal, au Canada. Cette expérience confirme son attrait pour les autres cultures et il part alors en Amérique du Sud, où il parcourt sac au dos Équateur, Pérou et Bolivie. Les voyages et les treks en solitaire s’enchaînent : Madagascar, Ladakh, Nouvelle-Zélande…
En 2003, il délaisse son poste d’ingénieur et part treize mois sur les routes de la soie. Après deux mois en Iran, il entre en Afghanistan et tombe en amour pour ce pays et ses habitants avant de continuer sa route en Asie centrale et en Chine. Rentré en Europe par le Transsibérien, il visite ensuite le Moyen-Orient.

Cinquante-quatre ans après : le glacier rend un alpiniste à sa famille
PGHM de l’Isère – Départ du Capitaine Bétaille